Gwenn ha du

Le drapeau breton sous toutes les coutures : son créateur, ses origines, ses couleurs, sa signification !

Ce drapeau emblématique de la Bretagne, cher aux bretons du cru, est connu dans la région sous le nom breton de « Gwenn Ha Du ». En langue bretonne, cela signifie tout simplement : « le blanc et noir » en référence aux couleurs de ce beau drapeau.

Sur le drapeau breton noir et blanc, on peut voir figurer neuf bandes horizontales noires et blanches et dans le coin supérieur gauche un grand canton blanc orné de 11 petits motifs noirs. Ces motifs ce sont les mouchetures d’hermine, ce sont elles qui sont si spéciales… en effet ce symbole se retrouve dans beaucoup de drapeaux de Bretagne. Nous allons voir que les mouchetures font partie intégrante du patrimoine breton puisque ces symboles sont en fait d’anciens symboles héraldiques des armoiries bretonnes !

Bref, si vous ne connaissez pas encore les origines et la signification du célèbre drapeau de la Bretagne alors cet article est fait pour vous. Dans quelques minutes, vous allez devenir incollable sur le drapeau breton.  Parce que… comme on le dit parfois en Bretagne…si mes sources sont bonnes…« Mieux vaut être saoul que con, ça dure moins longtemps ! ». Pour que la connerie ne perdure plus une minute sur le sujet capital du drapeau breton ;-), nous vous avons concocté un article bien « juteux » ! Des origines du Gwenn ha du, à son design, ses couleurs et son symbolisme, tout sera passé au peigne fin pour vous doter d’une culture générale fine et précise pour rabattre le caquet des monsieurs je-sais-tout une fois de temps en temps !

Qui a créé le drapeau breton ?

Le Gwenn ha du est aujourd’hui à la fois le drapeau civil de la Bretagne mais aussi son pavillon marchand, c’est à dire que ce drapeau peut être fixé au mât des bateaux commerciaux bretons.

Ce drapeau a été créé en 1923 par un militant breton célèbre du doux nom aux consonnances évoquant la mer et le vent de Morvan Marchal. Cet homme (né au début du 20ème siècle et mort dans les années 60) a été de son vivant un activiste du mouvement breton « emzao », le célèbre mouvement regroupant politiques, syndicats et associations culturelles qui défend la culture de Bretagne et réclame son autonomie, voire son indépendance totale. Nous comprenons pourquoi le drapeau breton est bien plus qu’un simple drapeau dans le cœur et l’esprit des bretons, mais bien un symbole identitaire fort et puissant !

Quoi qu’il en soit, bien que cette version moderne du drapeau de Bretagne n’ait été créé qu’en 1923, certaines de ses origines sont bien plus anciennes ! Notre cher M. Marchal n’avait pas oublié la célèbre bannière d’hermines qui, au Moyen Âge, étaient l’emblème de la Bretagne … plus précisément les armoiries des ducs de Bretagne du XIVe siècle au XVIe siècle. Ce blason des ducs de Bretagne se composait d’un écu dit « d’hermine plain ».

Les mouchetures d’hermine : des origines dans l’héraldique ancienne

En fait, l’hermine est un tout petit animal de la même famille que les blaireaux, les belettes, les fouines ou les furets. L’hermine a un pelage brun dessus et blanc dessous… mais en hiver MAGIE ! Tadam, l’hermine change de couleur, pour se fondre dans le décor son pelage devient tout blanc sauf le bout de sa queue qui reste noir.

A l’époque des Croisades, c’est à dire entre 1095 et 1291, on recouvrait parfois les blasons, c’est à dire les écus (l’autre nom pour désigner les boucliers de guerre), de fourrures animales dont celui de l’hermine. On cousait d’abord les peaux d’hermines à la suite et au milieu de chacune des peaux on fixait la queue toute noire avec des barrettes en forme de croix. Les mouchetures représentent en fait ce merveilleux travail de couture des magnifiques peaux d’hermine et de leurs queues noires. Les mouchetures d’hermine sont donc, en science héraldique, les représentations stylisées des petites queues noires d’hiver des hermines. Elle vient compléter l’immense collection de figures héraldiques figurant sur les blasons.

Pourquoi l’hermine a-t-elle atterrie sur le drapeau breton ?

C’est d’une tradition ancienne relative aux blasons que découle l’adoption par la Bretagne de l’écu d’hermine plain ! En fait, à cette époque ancienne du Moyen Âge, dans les familles nobles il était d’usage que le blason familial se transmette de génération en génération, mais pas n’importe comment…seul l’ainé de la famille avait le droit de conserver l’écu de la lignée, les autres enfants en revanche devaient « briser les armes ». En d’autres termes, les enfants suivants devaient ajouter sur le blason familial un autre élément distinctif pour le « briser ».

L’origine du blason de « l’hermine plain » remonte donc à la lignée des ducs bretons de la Maison Capétienne de Dreux au début du XIIIe siècle. Aujourd’hui, ce symbole de l’hermine est considéré un peu partout comme le symbole traditionnel de la Bretagne : on le retrouve aussi dans les couleurs de certaines villes bretonnes comme Vannes, St Nazaire et Rennes.

En 1202, Pierre de Dreux, épouse la duchesse de Bretagne Alix de Thouars. Il devient duc de Bretagne en 1213, on l’appellera par la suite Pierre Ier de Bretagne . Bien sûr, il amène avec lui son blason mais n’étant pas le fil ainé de sa famille : le blason familial (un échiquier jaune et bleu à bord rouge qu’on appelle l’échiqueté de Dreux) comporte une brisure de moucheture d’hermine. Plus tard, un autre duc de Bretagne abandonnera l’échiqueté de Dreux pour ne conserver que ce qu’on appelle en héraldique le semé de mouchetures d’hermines. Voilà comment la bannière herminée est devenue le symbole de la Bretagne. D’ailleurs aujourd’hui encore en Bretagne, on peut voir flotter la bannière bretonne herminée sur certaines mairies, et même certains orchestres bretons (les « bagadoù ») utilisent des bannières d’hermine plain lorsqu’ils se produisent en public.

Quelle est la signification des bandes noires et blanches du drapeau Gwenn Ha Du ?

Vous l’aurez compris grâce à nos explications, le noir et le blanc sont devenues au fil des siècles les couleurs traditionnelles de la Bretagne. Le créateur du Gwenn Ha Du Morvan Marchal a voulu, en plus de la bannière d’hermines, ajouter d’autres symboles identitaires forts des bretons sur le dessin du drapeau… explications :

Les quatre bandes de couleurs blanches représentent les pays de la Basse Bretagne situés dans la partie est de la région : Pays de Vannes, Cornouaille, Trégor et Léon, soit les pays bretonnants (langue bretonne).

Tandis que les cinq bandes noires représentent les anciens pays de Haute Bretagne situés sur la partie ouest de la Bretagne : Pays Rennais, Pays Nantais, Pays de Dol, Saint Malo et Saint Brieuc, soit les pays bretons gallos de la partie gallésante (langue gallèse).

Dorénavant, c’est sûr, vous ne regarderez plus le Gwenn Ha Du de la même façon lorsque vous verrez flotter ce drapeau au vent quelque part attaché à une hampe ou un mât de navire dans le beau ciel de Bretagne !